Le ratio bénéfices/changement

English: High Resolution black and white photo...

Image via Wikipedia

Diviser pour conquérir

Cette semaine j’ai envie d’aborder un sujet dont l’idée m’est venue en faisant le ménage dans ma librairie iTunes. Ma librairie est assez imposante, et nécessite donc beaucoup d’entretien. J’ai beaucoup de pistes audio qui consistent en des B-sides, des pistes inédites, ou des albums de groupes plutôt underground qui ne sont pas distribués de façon traditionnelle. Pour ces chansons, aucun des outils que j’ai essayé ne m’a démontré qu’il pouvait m’aider. Je parle des outils comme TuneUp et ses variantes. J’ai donc dû me résigner à maintenir ma librairie « à la mitaine ».

Ce faisant, j’ai développé des petits trucs pour en faire le plus possible dans un minimum de temps. Par exemple, en créant des Playlist intelligentes, je peux identifier rapidement toutes les chansons qui n’ont pas de genre inscrit. Je passe dans cette liste, je choisi un style de piste dont je connais le genre, puis j’élimine par bloc toutes les pistes de cette liste qui ne partagent pas le même genre. Ensuite, je « taggue » en lot toutes les pistes restantes. Rincer et répéter. Bref, un petit truc bien ordinaire, mais qui m’a permis de sauver des dizaines d’heures de travail que j’aurais eu à faire si j’avais décidé de tagguer mes pistes une à une, séquentiellement.

Ratio bénéfices/changement

Cela m’a donné l’idée de voir si je ne pouvais pas transposer cette stratégie dans mes tâches quotidiennes au travail. J’en ai développé une sorte de calcul très sommaire. Ma réflexion est la suivante: quelles tâches ou façon de faire autrement mon travail pourrait me procurer le plus gros ratio bénéfices/changement?

Je me suis mis à me questionner sur mes tâches répétitives, celles que je dois exécuter chaque jour, invariablement. Y-a-t’il des changements que je pourrais faire dans mes méthodes ou mes outils qui me permettraient d’économiser beaucoup de temps par la suite? Par exemple, si je passe 15 minutes par jour pour faire le ménage des pourriels, cela représente plus d’une heure de perte de temps par semaine. J’ai horreur du temps non-productif. Si je prenais deux heures pour perfectionner mes règles de filtrage, et que par la suite je n’aurais qu’à passer 15 minutes par semaine pour mes pourriels, le ratio bénéfices/changement de ces deux heures serait énorme au bout d’une année.

Pour deux heures de travail, j’économiserais 52 heures dans mon année. C’est plus d’une semaine de travail ça!

Alors je me lance comme défi au cours des prochains jours de relever une petite liste des changements que je pourrais apporter et de leur «ratios d’efficacité», si je puis dire. Histoire d’essayer de chercher les plus gros ratios et d’agir là où ça fait le plus mal. Mon objectif est de trouver quels sont les plus petits changements qui rapporteront le plus de bénéfices.

J’aimerais beaucoup savoir quels sont les changements que vous avez fait ou que vous envisagez de faire dans votre travail et quel a été  leur ratio bénéfices/changement. Évidemment, parfois ce ratio peut s’avérer n’être que subjectif. Mais la subjectivité a aussi sa place dans la recherche de l’efficacité!

Publicités
Tagué , , ,

2 réflexions sur “Le ratio bénéfices/changement

  1. […] Une fois cette tâche clairement identifiée, il faut maintenant maximiser l’impact que nous avons dans ce domaine. Pour y arriver, il suffit de s’engager à effectuer cette tâche plus qu’à l’accoutumée. Est-ce que passer 60 minutes à faire cette tâche plutôt que mes 30 minutes quotidiennes habituelles semble acceptable aux yeux de nos collègues ou patrons? Il ne faut pas trop étirer l’élastique, mais en augmentant un peu notre temps consacré à cette tâche, l’on peut facilement doubler, voir tripler notre productivité. Après un jour ou deux, la différence ne sera pas nécessairement perceptible pour les autres. Mais après deux semaines, les changements que cela apporte se feront sentir partout dans le bureau. […]

  2. […] Une fois cette tâche clairement identifiée, il faut maintenant maximiser l’impact que nous avons dans ce domaine. Pour y arriver, il suffit de s’engager à effectuer cette tâche plus qu’à l’accoutumée. Est-ce que passer 60 minutes à faire cette tâche plutôt que mes 30 minutes quotidiennes habituelles semble acceptable aux yeux de nos collègues ou patrons? Il ne faut pas trop étirer l’élastique, mais en augmentant un peu notre temps consacré à cette tâche, l’on peut facilement doubler, voir tripler notre productivité. Après un jour ou deux, la différence ne sera pas nécessairement perceptible pour les autres. Mais après deux semaines, les changements que cela apporte se feront sentir partout dans le bureau. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :